Les 3 racines de la libération systémique

Publié le

Cet article a été publié dans le n° 35 de la revue trimestrielle Science de la Conscience (www.science-de-la-conscience-mag.net) et est reproduit ici avec l'aimable autorisation de la directrice de rédaction.
Article rédigé par Hervé Filloux - Consultant en entreprise, coach et constellateur

 

3 grandes sources de perturbations

Pour pouvoir nous libérer de tout ce qui nous empêche d’être heureux ou de nous réaliser, il est nécessaire de veiller à harmoniser 3 types de relations ou connexions, qu’Idris Lahore appelle des racines :
  • La racine du sang et de la famille : il nous faut être correctement et harmonieusement relié par le sang à nos parents, et, plus particulièrement, à notre mère.
  • La racine de la terre et des ancêtres.
  • La racine spirituelle, ou sagesse : c’est la connexion à celui ou celle que nous sommes réellement, c'est-à-dire à ce qui est supérieur en nous ou supérieur à nous.
Si une de ces connexions n’est pas correcte, elle est cause de troubles dans la réalisation de ce que nous entreprenons. Nous avons là la cause de nos maladies, accidents, échecs, souffrances, le terme ‘’souffrance’’ incluant les maladies physiques, les troubles et difficultés psychologiques et relationnelles, les difficultés avec nos parents, enfants, frères et sœurs... Plus notre lien avec ces racines est perturbé, plus il y a de freins, de difficultés et d’empêchements. Cette vision est un raisonnement systémique et l’un des buts du travail en constellations est de nous reconnecter à toutes ces racines, ce qui nous permet de trouver des solutions naturelles à tous les autres niveaux et nous met dans de meilleures conditions pour conduire à la réalisation de nous-mêmes, de nos projets, etc…
Les 3 racines systémiques principales de souffrance et de limitations
  • La racine du sang et de la famille
    • La mère
    • Le père
    • La fratrie
  • La racine de la terre et des ancêtres
    • Les ancêtres
    • La terre
  • La racine spirituelle ou la sagesse

La racine du sang et de la famille

En tant qu’adultes, presque tous nos troubles relationnels, que ce soit dans le domaine familial, amoureux, professionnel ou social, sont liés aux troubles qu’a connus l’enfant au sein de sa famille et, plus particulièrement, dans sa relation avec sa mère. 90% de  nos problèmes seraient liés au fait que nous sommes déconnectés de notre famille et, parmi ceux-ci, 99% seraient dus à une mauvaise relation avec notre mère (même si, en apparence, tout semble aller très bien avec elle !). Se réconcilier avec ses parents, en particulier sa mère, est donc une nécessité pour résoudre nos difficultés en tous genres, tant personnelles que professionnelles ou relationnelles.

Les perturbations les plus importantes sont, par ordre décroissant d’influence :

  1. La relation que nous avons eue avec notre mère.
  2. Une relation perturbée avec notre père.
  3. Une relation perturbée avec un des membres de notre fratrie (frère ou sœur).

La relation que nous avons eue avec notre mère

Nous sommes intimement liés à notre mère, de nombreuses manières :
  • Génétiquement : non seulement nous portons, pour moitié, le bagage génétique de notre mère, mais la science sait maintenant que l’ADN spécifique contenu dans les mitochondries constitue une imprégnation génétique d’origine quasiment exclusivement maternelle !
  • Durant notre gestation, tout ce que vit notre mère a une grande influence sur le bébé que nous sommes (presque aussi forte que le bagage génétique).
  • Même si elle se passe dans les meilleures conditions possibles, la naissance reste une expérience traumatisante pour l’enfant.
  • Les premières années de vie du jeune enfant se passent en grande majorité aux côtés de la mère…
C’est la raison pour laquelle la plupart des perturbations relationnelles ont pour origine notre relation à notre mère (la plupart des perturbations sont évidemment liées à ce que la mère elle-même a déjà subi comme empreinte, en relation avec sa propre mère. Lorsque quelqu’un a des troubles liés à la relation à sa mère, la seule vraie question qu’on puisse poser n’est pas « Qu’est-ce que la mère a bien pu faire ? » mais plutôt « Qu’est ce qu’on a bien pu faire à la mère pour qu’elle ne soit pas arrivée à se rendre accessible à l’enfant ? »).

 En systémie, nous voyons qu’un travail de réconciliation avec notre mère est par conséquent toujours nécessaire. Plus profondément encore, notre mère symbolise aussi la Mère originelle, l'Absolu ou de Dieu… et il est toujours intéressant de nous relier harmonieusement, non seulement à notre mère en tant que femme, mais avec tout ce qu’elle représente symboliquement : le retour à l’origine, l’union avec le tout, avec chaque chose, chaque être, un lien d’amour qui est un mouvement naturel en chacun.L’une des perturbations majeures du lien à la mère peut être son inaccessibilité physique, sous de nombreuses formes : certains enfants sont retirés de leur famille ; d’autres ont l’impression que leur mère ne les regarde pas assez, ne les touche pas assez, ne leur sourit pas assez… Pour d’autres, alors même que la mère se comporte extérieurement tout à fait normalement, l’enfant la ressent comme absente, regardant dans une autre direction : vers sa propre mère, son père ou un de ses ancêtres ; vers la terre dont elle a été exilée ; dans la direction de sa propre spiritualité dont elle est coupée... Le lien intérieur ne peut pas se faire entre l’enfant et la mère parce que la mère elle-même est coupée d’une de ses racines. Consciemment ou inconsciemment, lorsqu’il n’arrive pas à être en contact avec la mère, l’enfant est pris  obligatoirement - il ne peut pas faire autrement - par les trois émotions négatives primaires que sont la peur, la tristesse, la colère : la peur d’être seul ou délaissé ; la colère contre le fait d’être séparé ; la tristesse (ou la dépression, la résignation, le retrait) parce que la séparation n’a pas pu être évitée. Personne n’échappe à ces trois émotions primaires qui recouvrent partiellement l’amour qui existe toujours entre la mère et l’enfant, derrière tout ce qui les sépare. Pour certains, cet amour est tellement recouvert par la colère, la tristesse ou la peur qu’ils ne savent plus retrouver cet amour au fond d’eux. C’est la raison pour laquelle on est dans la souffrance, dans l’échec et les difficultés avec les autres et le monde.

La relation perturbée avec le père

Nous avons longuement détaillé la relation à la mère. L’enfant est toujours la moitié de sa mère et de son père. La relation au père peut également être perturbée, mais dans une moindre mesure car, nous l’avons vu, la mère et l’enfant sont toujours liés en plus par cette dimension symbolique de la mère qui représente tout pour l’enfant. Les perturbations liées au père seront généralement dues à un père absent (travail, guerre…) ou violent.

La relation avec un des membres de notre fratrie

La relation que nous avons avec un frère ou une sœur peut aussi être perturbée : peut-être n’avons-nous pas pu vivre à notre juste place dans notre fratrie ? La cause en est généralement l’oubli (in-)volontaire ou l’exclusion (in-)consciente d’un des membres de notre fratrie pour des raisons douloureuses : IVG, fausse couche, enfant mort-né…

La racine de la terre et des ancêtres

Cette racine nous ramène aux origines de l’espèce humaine, jusqu’à la source du premier de nos ancêtres. De la lignée de nos ancêtres vient une force, et le contact avec cette force des ancêtres - ou la réconciliation avec nos ancêtres et avec leur terre d’origine - est essentiel car, sans cela, nous manquerons de force dans notre propre vie. Seuls ceux qui se sont réconciliés avec la force de leur lignée peuvent se réaliser. En constellations familiales et systémiques, on traite toujours les relations perturbées avec des ancêtres chassés ou exclus de leur terre, les exilés, les émigrés… Si le lien avec notre terre ou notre pays d’origine est coupé, la force de cette racine ne nous nourrit plus…
Notons que cette seconde racine relie la première à la troisième, décrite ci-après…

La racine spirituelle

Cette racine fait le lien avec notre propre nature individuelle, ce qu’il y a de plus profond en nous (notre essence, notre esprit, notre Soi…) mais, aussi, avec ce qui, pour nous, existe de plus grand (le Supérieur, l’Absolu, l’Origine, le divin, Dieu, le Tout, l’esprit, le Tao…). Même les matérialistes, les agnostiques et les incroyants peuvent travailler à ce niveau : il leur suffit de considérer que la racine spirituelle est la source originelle d’où proviennent toutes les manifestations de la vie. La vie ayant commencé avec quelques atomes, porteurs d’une certaine information, et toute information étant de nature plus subtile que la matière elle-même, même les plus matérialistes d’entre nous peuvent ainsi l’appeler la racine spirituelle !
Selon ses croyances ou le problème que l’on souhaite traiter, il existe différentes manières d’aborder cette racine…
  • Harmoniser la personnalité et l’essence… On pourra chercher à rétablir ou à harmoniser le lien entre notre personnalité et notre essence, ou entre notre ego et notre Soi, ou entre notre nature conditionnée et notre nature libre… On cherchera à sortir du conflit essence-personnalité, pour avancer vers la non-dualité et l’individuation…
  • Se réconcilier avec son  destin… Pour ceux qui croient à la notion de karma et de vies successives, on cherchera à réconcilier notre karma avec notre vie actuelle. Le constellateur se demandera par exemple pourquoi l’esprit de ce client a choisi de s’incarner dans cette lignée, ce qui lui permettra de se connecter à la source karmique des troubles du client. La libération passe par un travail d’acceptation complète de tout ce qui a été et de tout ce qui se manifeste. On accepte ce qui est, mais pas pour continuer à le subir : au contraire, notre travail consiste à nous libérer !
  • Se reconnecter avec son esprit… On parle souvent de la sagesse du corps, mais on devrait plutôt parler de la sagesse dans le corps… En effet, les principes du corps ne sont pas les principes de la sagesse, mais les principes de la nature (naissance, croissance, décroissance, mort). Les principes de la sagesse sont les principes de l’esprit, et trois éléments  les caractérisent :
    • La conscience des lois de la nature
    • La compréhension des lois de la nature
    • L’amour des lois de la nature

On y retrouve les 3 caractéristiques essentielles de l’être humain :

  • La conscience
  • La compréhension (ou capacité de comprendre)
  • L’amour (ou capacité d’aimer)
La plupart des humains vivent dans la fragmentation de ces 3 éléments ou caractéristiques. Le travail systémique consiste à les reconnecter et à les harmoniser, permettant ainsi de recontacter la sagesse de ce qui est de la même nature : l’esprit.

Apport du travail systémique

La mère et l’enfant appartenant au même système relationnel, si l’un fait un travail de réconciliation, les deux se rapprochent. A l’âge adulte, si l’enfant ou la mère - peu importe qui fait le travail - fait un travail systémique, l’harmonie du lien sera rétablie. Quand un élément bouge dans un système, tous les autres bougent aussi. C’est la raison pour laquelle ce que nous faisons a une influence non seulement sur notre vie personnelle, mais aussi sur tous les membres de notre système, y compris les défunts. Notre travail agit sur chacun, que les personnes soient présentes ou pas, parce que nous entrons en contact avec le système, avec le champ de force de ce système, et c’est cette force qui  agit ensuite pour le bien de tous les membres de ce système.

Démarche progressive

Les 3 racines sont comme 3 sources d’énergie. Une perturbation de ces racines correspond à un blocage dans le flux de la vie, dans le flux de l’énergie. Une partie de notre travail systémique consiste à mettre en évidence au niveau de quelle racine se trouve la perturbation, pour permettre ensuite à l’énergie, à la vie, de s’écouler. Dans l’approche des 3 racines, on met donc d’abord en évidence un blocage et on cherche à quel niveau il se trouve (de celui du père et de la mère jusqu’à, éventuellement, celui de l’esprit). Dès qu’on a identifié le blocage, on cherche à remettre en marche le mouvement. Le médiateur peut jouer sur les différents niveaux (familial, ancestral, spirituel) en fonction de la demande du client, mais nous recommandons néanmoins de chercher à régler d’abord les problèmes au niveau le plus bas.

Les 3 racines de la libération systémique